L'affiche de la journée

Cliquez ici pour télécharger l'affiche de la journée ! 

Présentation générale de la journée

L’université, ce que l’on y enseigne et la manière dont on le fait, est depuis de nombreuses années, lieu d’innovation et de réflexion pédagogiques. Aux plans structurels et institutionnels, rares sont les établissements universitaires français qui ne disposent pas d’un service d’appui à l’enseignement; les initiatives en faveur du développement pédagogique des enseignant.e.s du supérieur se multiplient et la volonté de “transformation” des pratiques enseignantes, en particulier en premier cycle universitaire, s’affiche sans réserve dans les rapports et des discours ministériels et sur les pages d’accueil des sites web des universités. Que l’on adhère ou non aux initiatives entreprises, celles-ci existent ce qui confère à l’enseignement universitaire un statut qu’il n’avait jusqu’alors pas ou peu : celui d’objet “à explorer”. La recherche ne s’y est pas trompée qui regroupe depuis plus de trois décennies sous l’expression “pédagogie universitaire” l’ensemble des travaux prenant pour cible des dimensions aussi variées que les facteurs de réussite et d’échec des étudiant.e.s, les styles d’enseignement des enseignant.e.s universitaires et les styles d’apprentissage de leurs étudiant.e.s, ainsi que leur impact sur les performances académiques, les activités pédagogiques (celles outillées notamment par les technologies), l’insertion professionnelle ou encore l’évaluation (de Ketele, 2010).

Si l’on y regarde de près, et malgré la richesse et la variété des travaux relevant du champ de la pédagogie universitaire, rares sont encore les recherches qui entrent dans les questions de pédagogie dans l’enseignement universitaire par la porte assumée des savoirs et des disciplines qui structurent l’environnement académique de l’enseignant.e universitaire, et par là-même, celui de l’étudiant.e. Ceci pourrait d’ailleurs expliquer (au moins en partie) que la plupart des actions développées pour l’appui à l’enseignement, souvent alimentées par les travaux développés dans le contexte de la pédagogie universitaire, soient a-disciplinaires.

Pourtant, les plaidoyers en faveur de recherches disciplinairement situées (entrée privilégiée par les recherches en didactique) sont régulièrement affirmés dans la littérature (Becher, 1996, Berthiaume, 2009, Poteaux, 2013). Nicole Poteaux souligne par exemple qu’enseigner à l’université pose d’emblée la question de “l’organisation des savoirs, de leur sélection, de leur découpage, de leur présentation, du type d’activités propices à leur acquisition et à leur évaluation, domaines de recherche de la didactique des disciplines” (Poteaux, 2013). La pédagogie universitaire a donc tout à gagner à s’enrichir des travaux des chercheur.e.s en didactique. C’est en tout cas cette affirmation (et sa réciproque) que nous proposons de mettre à l’étude lors de cette journée. Spécifiquement, il s’agira d’explorer les liens, les complémentarités (théoriques, méthodologiques, notamment) et les éventuelles tensions entre pédagogie universitaire et recherche en didactique.

La journée s’organisera en deux temps scientifiques distincts. La matinée sera l’occasion de discuter la pertinence des travaux prenant pour cible la nature et les transformations des savoirs dans la relation entre enseignant.e et étudiant.e à l’université et les pratiques d’exposition. L’après-midi se verra consacrée au métier d’enseignant.e-chercheur.e, à l’étude de ses pratiques pédagogiques lorsque celles-ci sont considérées au prisme de son identité de chercheur.e et d’enseignant.e représentant.e d’une discipline académique définie.

La journée est ouverte à tous.tes les chercheur.e.s intéressés par la pédagogie universitaire, par la recherche en didactique et à tous les acteurs et les actrices des services d’appui à l’enseignement universitaire.

 

Personnes connectées : 1